30 Juillet 2020

Un service innovant pour la réduction des nuisances sonores sur les chantiers

Des photos déclenchées par des capteurs déportés ? C’est toute la technologie ioPics développée par Devisubox qui s’inscrit dans une recherche globale engagée pour la prévention et la sécurité sur les chantiers. Déjà utilisée pour le suivi de chargement de camion ou pour la détection de présence par capteurs infrarouges, ioPics se développe encore. Aujourd’hui, ce sont les capteurs sonores et vibratoires, en collaboration avec Bureau Veritas – un leader mondial en tests, inspections et certifications – qui répondent à la problématique des nuisances sonores et vibratoires causées par les chantiers.

Du son à l’image

A la demande du donneur d’ordres, Bureau Veritas réalise d’abord une mesure initiale du niveau sonore et fixe un seuil à ne pas dépasser en fonction du voisinage et des impératifs du chantier.

Selon Patrice Arnoult, ingénieur chez Bureau Veritas « la complexité est de trouver un compromis entre le confort des habitants et la tenue nécessaire du chantier. »

Toute une ingénierie de relevés sonores (vibratoires le cas échéant) et photographique est ensuite déployée sur le chantier. Les vibrations sont mesurées, leurs sources photographiées, les données croisées et analysées.

Mais plus concrètement ?
👉Des capteurs de vibrations sont positionnés à proximité des zones sensibles (habitations, crèches, hôpitaux, bureaux..) proches des chantiers. Si le seuil vibratoire est dépassé, une alerte est levée, un signal est alors envoyé au boîtier Devisubox installé sur le chantier. Celui-ci déclenche alors une prise de vue du chantier. Peu importe où est placé le sonomètre ou le capteur de vibration, la technologie ioPics permet de prendre exactement la vue du chantier souhaitée, en toute autonomie.

Photo augmentée

L’audio et l’image sont associés pour apporter l’ensemble des informations nécessaires afin que le Maître d’Ouvrage et l’entreprise concernée puissent connaître l’origine de ce qui a déclenché l’alerte. Des données précises comme l’horaire et la nature des vibrations peuvent alors compléter ce rapport dynamique. La photo joue son rôle “de preuve par l’image”, elle sert à identifier visuellement les causes des vibrations, apporte le confort visuel pour mieux comprendre la situation.

Il ne s’agit pas seulement de constater un volume sonore dépassé mais d’analyser l’image, les vibrations, et de proposer des solutions adaptées. Ces solutions pourront être des changements de matériels, une utilisation de techniques moins bruyantes, des dispositifs de réduction de bruit, etc. Mais cette analyse sert également à dédouaner le chantier lorsqu’elle prouve que la source est extérieure.

La réduction des nuisances sonores, un enjeu majeur

La réduction de la pollution sonore dans les zones urbaines est un véritable enjeu de société et de réussite d’un projet qui concerne tous les chantiers qui veulent s’engager notamment dans la réduction des risques et la réconciliation des riverains avec les chantiers. Pour preuve, le Grand Paris Express, l’un des plus grands projets de transformation urbaine d’Europe, a publié son livre blanc « Silence Chantier », une réflexion majeure à découvrir sur la maîtrise des nuisances sonores. 

Abonnez-vous à la newsletter du timelapse

>